"Le travail d'Annabel Aoun Blanco donne à voir le rapport critique qu’entretient la représentation des visages, des corps, avec les identités qui les habitent. Tout processus de création plastique appliqué à la personne humaine tend vers une forme de séduction générant des « apparences », lesquelles voilent, sinon se substituent à la réalité intrinsèque des êtres qu’elles représentent.
De façon progressive, c’est ce vers quoi le travail d'Annabel Aoun Blanco tend: « révéler », tant d’un point de vue physique que mental, ce que les corps et visages cachent et néanmoins portent en eux.
Grâce au dispositif et à l’outil photographique (la contrainte, la matière, le figement, la lumière) qui à la fois cachent et révèlent, Annabel Aoun Blanco efface certains éléments de la représentation humaine pour en faire apparaître d’autres.
Favorisant leur absence ou leur présence, elle cherche à mettre en avant ce qu’ils ont à la fois d’essentiel et de particulier. Par un mélange subtil du morbide et du sensuel, elle interroge la nature profonde de l’être et de sa représentation. Ses représentations des visages oscillent entre apparition et disparition. Ce va-et-vient définit l’espace de recherche privilégié par l’artiste, entre la vie et la mort. Ces représentations n’appartiennent ni tout à fait aux abysses de l’au delà, ni tout à fait à l’espace tangible du monde des vivants. Cette faille étroite, telle une lucarne de tir spatial pour sortir de l’atmosphère, la conduit à appeler ce champ d’exploration un « interstice ».

Elle explore les mystérieux processus de la mémoire et de l’oubli. Quelle forme prend le souvenir, comment s’incarne t-il, suivant quelles étapes se construit-il ou se délite-il ?"


Annabel AOUN BLANCO
english     français